Sur une chaise

Sur une chaise, j’ai rencontré
Enlacées sous leurs épines
Ombres égarées, proches voisines
Tremblantes esquisses posées

Sur la chaise, j’ai rencontré
Tirs croisés, cœurs en bataille
Grincements, feulements de pieds
Ardentes, assaillantes mitrailles

Sur cette chaise, j’ai rencontré
Un regard trempé de sueur
Chairs meurtries, douleurs masquées
Ton incisive lueur

Sur ma chaise, j’ai rencontré
Le chant largué des résistances
Chœur chaotique cabossé
Enjeu de mes fragiles fragrances.



Dans les limbes

Dans les limbes j’ai rencontré
L’émotion du jour d’avant
L’envie du désir étoilé
Le court espace de l’instant

Dans les limbes j’ai rencontré
Celles qui furent avant moi
Traces discrètes en allées
Pour moi toujours source d’émoi

Dans les limbes j’ai rencontré
Tous ceux qui hantent mon esprit
Fidèles fantômes aimés
Ingrédients pour manuscrits

Dans les limbes j’ai rencontré
Des personnages des visages
Mondes désirés et rêvés
Tout prêts à surgir sur la page



Au parc Grammont

Les brouillons-
Au parc Montceau, j’ai rencontré… (Louis Aragon)

Construire 3 strophes de 4 vers en octosyllabes et à rimes croisées-
Le premier vers reprend toujours l’indication spatiale-

Au parc Grammont, j’ai rencontré
Elancés, forts, intemporels
Cette nuée de fûts arborés
Hautains, s’élançant vers le ciel

Au Parc Grammont, j’ai rencontré
Diffuse et disséminée
Cette foule emmitouflée
Respirant, vite, l’air des nuées

Au Parc Grammont, j’ai rencontré
Chevaux de bois, bassins déserts
Espérant dans l’hiver
Le renouveau qui espère

Cette strophe reprise et corrigée après lecture en groupe=

Au Parc Grammont, j’ai rencontré
En somnolence hivernal
Chevaux de bois, bassins déserts
Avant leur éveil estival

Au parc Grammont, j’ai rencontré
Enfants qui jouent, fantômes lents
Saisons et images en rond
Se promenant parmi les monts

…Au Parc Grammont
 



Sous les décombres

Sous les décombres, j’ai trouvé
Les pierres d’un temple ancien
La poussière des années
Le doute mallarméen.

Sous les décombres, j’ai trouvé
Des histoires d’interstices
La voix de contes cachés
Des mots pour mes cicatrices.

Sous les décombres, j’ai trouvé
La moitié d’un hémistiche
Pâle copie embarrassée
La parodie d’un pastiche.

Sous les décombres, j’ai trouvé
Evanescente voie peinte
Au pinceau de la pensée
Un dessin de labyrinthe.

J’ai refusé de chercher
Pour que d’un trait rouge elle ombre
De sa plume autorisée
Mes valeurs, sous les décombres.



Littérature de jeunesse thé... |
Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA PHILO SELON SYLVIE
| Les écrits de Shok Nar
| kantinof